Régie des eaux



Montpellier Méditerranée Métropole a fait le choix de gérer l'eau potable en régie publique, à compter du 1er janvier 2016, sur 13 communes : Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Le Crès, Montferrier-sur-Lez, Montpellier, Prades-le-Lez, Saint-Brès, Sussargues, Pérols, Vendargues et Villeneuve-lès-Maguelone.

Son conseil d'administration est composé d'élus locaux, de personnalités qualifiées mais aussi d'associations d'usagers. Une gouvernance transparente et participative, qui inaugure une nouvelle ère dans la gestion de l'eau : plus citoyenne, plus responsable, plus solidaire.

Ce nouveau mode de gestion nous permet de réduire le prix de l'eau de 10% en 2016. 

une régie publique, pour quoi faire ?

Montpellier Méditerranée Métropole a choisi de reprendre la gestion de l'eau potable, en régie publique, dans le cadre d'une gouvernance transparente et partagée. Ce nouveau mode de gestion va permettre de baisser le prix de l'eau, d'améliorer la qualité de service et de veiller plus efficacement à la protection de la ressource.

  • Transparence. Une concertation est engagée avec un Comité citoyen de suivi regroupant élus, chercheurs, associations, représentants du personnel et consommateurs. Il suit les modalités de la mise en œuvre de la régie.

  • Baisse du prix de l'eau. La régie publique maîtrise la totalité du prix et des grilles tarifaires. Son organisation permettra de repenser le service et d'envisager une baisse des coûts de fonctionnement. Elle autorise l'application d'une tarification sociale pour garantir les besoins essentiels des foyers les plus modestes.

  • Amélioration de la qualité. Qui mieux que la puissance publique pourra répondre aux investissements nécessaires (157 M€ dans le cadre du Schéma Directeur de l'Eau d'ici 2030) avec une véritable vision d'intérêt général bâtie sur le long terme ? Outre la qualité accrue de service, le contrôle des prélèvements sur les nappes phréatiques est maîtrisé.

  • Protection de la ressource. Montpellier Méditerranée Metropole dialogue avec d'autres collectivités, comme la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup, concernant l'exploitation de la source du Lez et la Communauté d'Agglomération du Pays de l'Or, pour la fourniture d'eau potable.

Partager ce contenu