Projections en plein air - 2019



Une belle occasion pour profiter du cinéma au clair de lune et profiter de la saison d'été !

La métropole fait son cinéma

séance nocturne La métropolefait son cinéma©Aloïs Aurelle - Domaine d'O

"La Métropole fait son cinéma", le festival de cinéma en plein air qui porte la culture cinématographique au plus près des habitants, présente un film par soir, du 1er au 31 août, dans chaque commune de la Métropole.

Un festival gratuit et en plein air

Comme chaque année, « La Métropole fait son cinéma » va animer les nuits d'été des communes de la métropole, du 1er au 31 août . À cette occasion, un écran géant s'installe sur des places, dans des parcs ou dans des lieux de caractère (comme une ancienne carrière, la cour d'un château...) dans chacune des communes du territoire, ainsi que sur la pelouse d'une piscine métropolitaine, la piscine Jean Vivès à la Croix d'Argent.

séance en piscine La métropole fait son cinéma

Le principe d'une projection en piscine, avec possibilité de visionner le film soit depuis le bassin, sur des fauteuils gonflables, soit depuis le jardin, a en effet été mis en place depuis trois saisons maintenant, et il rencontre un grand succès public.

Programme du festival 2019

À l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né. En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du Beau Danube Bleu. À son bord, le Dr.

Après s’être involontairement retrouvé projeté en 1955 à bord d’une voiture équipée d’une machine à voyager dans le temps, le héros Marty McFly est de retour à son époque en 1985, mais constate les changements apportés à sa vie et à sa famille, conséquence des modifications qu’il a effectuées dans le passé dans le premier volet, modifiant les événements de 1955 et donc affectant son présent en 1985. Bref, le deuxième opus de Marty et Doc est aussi réussi que le premier et, entre facétie et ingéniosité, garantit suspens, fous-rires et… nostalgie joyeuse.

Un ancien pilote d’essai, Cooper, est recruté pour une mission secrète. Il ne s’agit plus de sauver la Terre, car il est trop tard, mais de la quitter en embarquant tout le monde sur une autre planète (plan A), ou en tout cas quelques personnes et beaucoup d’embryons (plan B)… Voyageant dans l’espace et bientôt dans le temps, Cooper et son équipage sont des défricheurs d’avenir guidés par une citation inattendue d’un poème de Dylan Thomas : « N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit », disent ces vers solennels qui invitent à « s’enrager contre la mort de la lumière ».

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le « downsizing ». Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie.

WALL-E (prononcez « Walli ») est le dernier être sur Terre et s’avère être un... petit robot ! 700 ans plus tôt, l’humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, WALL-E a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. À l’arrivée d’une petite « robote », bien carénée et prénommée EVE, il tombe instantanément et éperdument amoureux d’elle. WALL-E va tout mettre en oeuvre pour la séduire et, lorsqu’elle doit repartir il se lance à sa poursuite...

Un ancien pilote d’essai, Cooper, est recruté pour une mission secrète. Il ne s’agit plus de sauver la Terre, car il est trop tard, mais de la quitter en embarquant tout le monde sur une autre planète (plan A), ou en tout cas quelques personnes et beaucoup d’embryons (plan B)… Voyageant dans l’espace et bientôt dans le temps, Cooper et son équipage sont des défricheurs d’avenir guidés par une citation inattendue d’un poème de Dylan Thomas : « N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit », disent ces vers solennels qui invitent à « s’enrager contre la mort de la lumière ».

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le « downsizing ». Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie.

Après s’être involontairement retrouvé projeté en 1955 à bord d’une voiture équipée d’une machine à voyager dans le temps, le héros Marty McFly est de retour à son époque en 1985, mais constate les changements apportés à sa vie et à sa famille, conséquence des modifications qu’il a effectuées dans le passé dans le premier volet, modifiant les événements de 1955 et donc affectant son présent en 1985. Bref, le deuxième opus de Marty et Doc est aussi réussi que le premier et, entre facétie et ingéniosité, garantit suspens, fous-rires et… nostalgie joyeuse.

Un ancien pilote d’essai, Cooper, est recruté pour une mission secrète. Il ne s’agit plus de sauver la Terre, car il est trop tard, mais de la quitter en embarquant tout le monde sur une autre planète (plan A), ou en tout cas quelques personnes et beaucoup d’embryons (plan B)… Voyageant dans l’espace et bientôt dans le temps, Cooper et son équipage sont des défricheurs d’avenir guidés par une citation inattendue d’un poème de Dylan Thomas : « N’entre pas sans violence dans cette bonne nuit », disent ces vers solennels qui invitent à « s’enrager contre la mort de la lumière ».

WALL-E (prononcez « Walli ») est le dernier être sur Terre et s’avère être un... petit robot ! 700 ans plus tôt, l’humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, WALL-E a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. À l’arrivée d’une petite « robote », bien carénée et prénommée EVE, il tombe instantanément et éperdument amoureux d’elle. WALL-E va tout mettre en oeuvre pour la séduire et, lorsqu’elle doit repartir il se lance à sa poursuite...

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le « downsizing ». Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie.

Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant conçu naturellement, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

À 17 ans, Guillaume part en quête de solutions alternatives à une problématique de notre époque : l’agriculture intensive. De Paris à Genève, en s’arrêtant dans les campagnes environnantes, le jeune homme construit sa propre opinion sur l’agriculture en s’attachant à souligner ce qui va bien. Riche des témoignages des 15 personnes qu’il rencontre, Guillaume nous propose un futur plein d’espoirs ! Un film, aussi rigoureux que généreux, qui assure non seulement la relève du documentaire, mais aussi celle d’une réflexion pertinente, notamment des plus jeunes, sur l’environnement.

Truman Burbank mène une vie calme et heureuse. Il habite dans un petit pavillon propret de la radieuse station balnéaire de Seahaven. Il part tous les matins à son bureau d’agent d’assurances dont il ressort huit heures plus tard pour regagner son foyer, savourer le confort de son habitat modèle, la bonne humeur inaltérable et le sourire mécanique de sa femme, Meryl. Mais parfois, Truman étouffe sous tant de bonheur et la nuit l’angoisse le submerge. Il se sent de plus en plus étranger, comme si son entourage jouait un rôle. Pis encore, il se sent observé.

En 2173, Miles Monroe (Woody Allen), un homme cryogénisé 200 ans auparavant, est ramené à la vie par des scientifiques appartenant à un mouvement révolutionnaire. En effet, Monroe, dépourvu d’identité biométrique, est le candidat idéal pour infiltrer le « Aries Project » du gouvernement dictatorial en place. Risquant d’être arrêté, il fuit en se déguisant en robot et atterrit dans la maison de Luna Schlosser (Diane Keaton), bourgeoise socialiste utopique.

Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant conçu naturellement, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

À l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né. En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du Beau Danube Bleu. À son bord, le Dr.

Truman Burbank mène une vie calme et heureuse. Il habite dans un petit pavillon propret de la radieuse station balnéaire de Seahaven. Il part tous les matins à son bureau d’agent d’assurances dont il ressort huit heures plus tard pour regagner son foyer, savourer le confort de son habitat modèle, la bonne humeur inaltérable et le sourire mécanique de sa femme, Meryl. Mais parfois, Truman étouffe sous tant de bonheur et la nuit l’angoisse le submerge. Il se sent de plus en plus étranger, comme si son entourage jouait un rôle. Pis encore, il se sent observé.

Dans le futur, mille ans après un conflit meurtrier appelé « les sept jours de feu », la Terre est devenue complètement inhospitalière, envahie par une étrange forêt exhalant des vapeurs mortelles.

Dans le futur, mille ans après un conflit meurtrier appelé « les sept jours de feu », la Terre est devenue complètement inhospitalière, envahie par une étrange forêt exhalant des vapeurs mortelles.

Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant conçu naturellement, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

À l’aube de l’Humanité, dans le désert africain, une tribu de primates subit les assauts répétés d’une bande rivale, qui lui dispute un point d’eau. La découverte d’un monolithe noir inspire au chef des singes assiégés un geste inédit et décisif. Brandissant un os, il passe à l’attaque et massacre ses adversaires. Le premier instrument est né. En 2001, quatre millions d’années plus tard, un vaisseau spatial évolue en orbite lunaire au rythme langoureux du Beau Danube Bleu. À son bord, le Dr.

Truman Burbank mène une vie calme et heureuse. Il habite dans un petit pavillon propret de la radieuse station balnéaire de Seahaven. Il part tous les matins à son bureau d’agent d’assurances dont il ressort huit heures plus tard pour regagner son foyer, savourer le confort de son habitat modèle, la bonne humeur inaltérable et le sourire mécanique de sa femme, Meryl. Mais parfois, Truman étouffe sous tant de bonheur et la nuit l’angoisse le submerge. Il se sent de plus en plus étranger, comme si son entourage jouait un rôle. Pis encore, il se sent observé.

WALL-E (prononcez « Walli ») est le dernier être sur Terre et s’avère être un... petit robot ! 700 ans plus tôt, l’humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, WALL-E a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. À l’arrivée d’une petite « robote », bien carénée et prénommée EVE, il tombe instantanément et éperdument amoureux d’elle. WALL-E va tout mettre en oeuvre pour la séduire et, lorsqu’elle doit repartir il se lance à sa poursuite...

En 2173, Miles Monroe (Woody Allen), un homme cryogénisé 200 ans auparavant, est ramené à la vie par des scientifiques appartenant à un mouvement révolutionnaire. En effet, Monroe, dépourvu d’identité biométrique, est le candidat idéal pour infiltrer le « Aries Project » du gouvernement dictatorial en place. Risquant d’être arrêté, il fuit en se déguisant en robot et atterrit dans la maison de Luna Schlosser (Diane Keaton), bourgeoise socialiste utopique.

WALL-E (prononcez « Walli ») est le dernier être sur Terre et s’avère être un... petit robot ! 700 ans plus tôt, l’humanité a déserté notre planète laissant à cette incroyable petite machine le soin de nettoyer la Terre. Mais au bout de ces longues années, WALL-E a développé un petit défaut technique : une forte personnalité. À l’arrivée d’une petite « robote », bien carénée et prénommée EVE, il tombe instantanément et éperdument amoureux d’elle. WALL-E va tout mettre en oeuvre pour la séduire et, lorsqu’elle doit repartir il se lance à sa poursuite...

En 2173, Miles Monroe (Woody Allen), un homme cryogénisé 200 ans auparavant, est ramené à la vie par des scientifiques appartenant à un mouvement révolutionnaire. En effet, Monroe, dépourvu d’identité biométrique, est le candidat idéal pour infiltrer le « Aries Project » du gouvernement dictatorial en place. Risquant d’être arrêté, il fuit en se déguisant en robot et atterrit dans la maison de Luna Schlosser (Diane Keaton), bourgeoise socialiste utopique.

À 17 ans, Guillaume part en quête de solutions alternatives à une problématique de notre époque : l’agriculture intensive. De Paris à Genève, en s’arrêtant dans les campagnes environnantes, le jeune homme construit sa propre opinion sur l’agriculture en s’attachant à souligner ce qui va bien. Riche des témoignages des 15 personnes qu’il rencontre, Guillaume nous propose un futur plein d’espoirs ! Un film, aussi rigoureux que généreux, qui assure non seulement la relève du documentaire, mais aussi celle d’une réflexion pertinente, notamment des plus jeunes, sur l’environnement.

À 17 ans, Guillaume part en quête de solutions alternatives à une problématique de notre époque : l’agriculture intensive. De Paris à Genève, en s’arrêtant dans les campagnes environnantes, le jeune homme construit sa propre opinion sur l’agriculture en s’attachant à souligner ce qui va bien. Riche des témoignages des 15 personnes qu’il rencontre, Guillaume nous propose un futur plein d’espoirs ! Un film, aussi rigoureux que généreux, qui assure non seulement la relève du documentaire, mais aussi celle d’une réflexion pertinente, notamment des plus jeunes, sur l’environnement.

Dans le futur, mille ans après un conflit meurtrier appelé « les sept jours de feu », la Terre est devenue complètement inhospitalière, envahie par une étrange forêt exhalant des vapeurs mortelles.

Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat génétiquement idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant conçu naturellement, donc au capital génétique « imparfait », rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

les nuits d'o


public dans pinède pendant les Nuits d'O©Aloïs Aurelle - Domaine d'O
Le Domaine d'O organise depuis 2004 « Les Nuits d'O » qui proposent une série de soirées thématiques, avec concert en extérieur, film dans l'amphithéâtre et DJ en fin de soirée, durant la dernière semaine du mois d'août. Cette manifestation est devenue métropolitaine en 2018 suite au transfert de la compétence culturelle du Département à Montpellier Méditerranée Métropole.

Programme 2019

20h : Concert dans la pinède : Les Rustyn's (Rock 50's)
21h30 : Film en plein air : L'ultime razzia De Stanley Kubrick, États-Unis, 1956, thriller, 1h25 Avec Sterling Hayden, Coleen Gray, Vince Edwards…
20h : Concert dans la pinède : Barrut (polyphonies et percussions)
21h30 : Film en plein air : La Pointe Courte De Agnès Varda, France, 1954, Drame, 1h30 Avec Philippe Noiret, Silvia Monfort
20h : Concert dans la pinède : Jamiah Rogers (blues)
21h30 : Film en plein air : Cadillac Records De Darnell Martin, États-Unis, 2008, Biopic musical, 1h49 Avec Adrien Brody, Beyoncé Knowles-Carter, Jeffrey Wright…
20h : Concert dans la pinède : Nâtah Big Band (Funk, jazz fusion, musique bretonne)
21h30 : Film en plein air : Non ma fille tu n'iras pas danser De Chistophe Honoré, France, 2009, drame, 1h45 Avec Chiara Mastroianni, Marina Foïs, Marie-Christine Barrault, Louis Garrel, Jean-Marc Barr…
20h : Concert dans la pinède : London afrobeat collective (afrobeat)
21h30 : Film en plein air : Finding Fela ! De Alex Gibney, Grande-Bretagne, Niger, France, 2014, documentaire, 1h59
20h : Concert dans la pinède : Kiddy Smile (house)
21h30 : Film en plein air : PRIDE De Matthew Warchus, Grande-Bretagne, comédie dramatique, 2014, 2h Avec Bill Nighy, Imelda Staunton, Paddy Considine

Partager ce contenu