MoCo, Montpellier Contemporain



Le MoCo c'est une structure inédite, capable de répondre aux enjeux de l'art. Ainsi, l'Hôtel Montcalm (ouverture prévue en 2019), la Panacée et l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Méditerranée Métropole sont réunis au sein d'un Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) unique et dont la Présidente sera Vanessa Bruno. L'objectif recherché est celui de la complémentarité : maîtriser toute la filière professionnelle de l'art, depuis la formation des étudiants jusqu'à l'exposition des œuvres en passant par la production et la médiation de l'art contemporain. Au delà de ses fonctions propres à la Présidence du conseil d'administration du MoCo, Vanessa Bruno en sera l'ambassadrice au sein de la société civile.

Le MoCo, pionnier d'un nouveau genre

Depuis toujours, la culture est l'un des marqueurs identitaires de Montpellier, au même titre que son esprit novateur. À nouveau, la Ville et la Métropole font preuve d'audace avec l'ouverture d'un lieu d'un nouveau genre: une institution multi-sites et complémentaire, conçue et fonctionnant de manière collaborative à l'image de son territoire, où la dimension pédagogique a toute sa place. Montpellier et sa Métropole sont ainsi les premières à inventer un centre d'art nouvelle génération, regroupant toute la filière artistique depuis son apprentissage jusqu'à l'exposition, fidèles à leur esprit de laboratoire culturel.

« Dans cet espace magnifique, à deux pas de la gare de Montpellier, et au cœur de la ville, nous nous devions d'être fidèle à notre esprit novateur. Doter la ville d'un centre d'art contemporain, pivot d'un ensemble complémentaire et basé sur un modèle inédit correspond bien davantage au laboratoire culturel qu'est Montpellier.» Philippe SAUREL, Maire de Montpellier, Président de Montpellier Méditerannée Métropole

Le MoCo conçu de façon multi-sites

À l'instar du MOMA à New-York qui a annexé le centre d'art indépendant PS1, le Centre d'art de Montpellier Méditerranée Métropole intégrera plusieurs sites, et ce dès sa conception. Il sera donc la première institution à être pensée de cette manière. Construit en opposition au modèle mono-site, l'objectif du futur Centre est la complémentarité : aux deux lieux d'exposition bénéficiera le bouillonnement de l'Ecole de Beaux-Arts, tandis que les étudiants pourront profiter de la richesse de la programmation de la Panacée et du Centre d'art.

Une structure inédite pour répondre aux enjeux du monde de l'art

Conçue sous la forme d'un EPCC réunissant deux lieux d'expositions et une école, une première en France, cette structure multi-sites maîtrisera ainsi toute la filière professionnelle du monde de l'art, depuis la formation des étudiants jusqu'à l'exposition des œuvres, en passant par la production et la médiation de l'art contemporain. L'institution sera à même d'assumer les enjeux de l'avenir, en créant à Montpellier une organisation centralisée pour l'ensemble de la chaîne d'activités qui constitue le monde de l'art.


POURQUOI UN EPCC ?
• Un cadre de gestion associant souplesse et rigueur
• Un partenariat équilibré rendu possible par une institutionnalisation de la coopération entre les différentes entités
• Une mutualisation des coûts et des ressources grâce à une transversalité des services
• Une optimisation de la collaboration entre les 3 lieux
• Une structure juridique permettant le développement de partenariats de type mécénat
• Un Président du Conseil d'Administration alliant les univers de la culture et de l'entreprise

Le Centre d'art : l'art dans tous ses espaces à l'Hôtel Montcalm

Hôtel Montcalm

Le Centre d'art de Montpellier Méditerranée Métropole affichera la particularité d'exister sans collection permanente. En effet, les expositions temporaires se présenteront sous forme de sélections d'œuvres issues de collections existantes publiques ou privées, consacrées à un artiste ou à un groupe d'artistes ou encore à des collections exceptionnelles dans leur ensemble. A cette offre principale, viendra s'ajouter une programmation plus discrète mais tout aussi captivante. Des artistes internationaux se verront passer commande pour mener des projets contribuant à l'aménagement des lieux ou occupant simplement ses espaces hors exposition (murs, café, parc...) pour une durée minimale de 3 mois, pouvant s'étendre jusqu'à plusieurs années.

La Panacée, un « multiplex » d'art contemporain

La Panacée

D'emblée, le Centre d'art intégrera la Panacée. Actuellement dédié aux arts numériques, sa programmation sous la direction de Nicolas Bourriaud, co-fondateur du Palais de Tokyo et ancien directeur de l'École des Beaux-Arts de Paris, reflétera dès 2017 celle du futur Centre d'art, plus généraliste, faisant ainsi la part belle à l'ensemble des disciplines. Pour refléter son architecture, la Panacée proposera désormais plusieurs expositions simultanées thématiques ou monographiques. Lorsque le Centre d'art ouvrira, la Panacée se recentrera ensuite sur les pratiques émergentes et les jeunes artistes. Une section pourra même accueillir les expositions de fin d'études et les projets publics de l'ESBAMA. Elle sera alors l'interface entre le Centre d'art à l'Hôtel Montcalm et l'École des Beaux-Arts.

L'ESBAMA, une école pilote

ESBAM

L'ESBAMA, qui possède une médiathèque particulièrement riche, constituera un véritable centre de ressources pour le Centre d'art. Les travaux de recherches pourront s'y développer, et les enseignements proposés le seront
en lien avec la programmation des deux lieux d'expositions. Les échanges d'intervenants entre les trois entités seront l'opportunité d'enrichir le cursus des étudiants.

Une institution ancrée sur son territoire

Destiné à révéler la ville à travers un parcours d'art, le Centre d'art situé idéalement au cœur de la ville , constituera le point de départ d'un itinéraire culturel allant de la gare Saint-Roch au quartier des Beaux-Arts, orientant le visiteur d'un lieu à un autre, tout en parcourant une zone piétonne sans équivalent en Europe, à l'exception de Venise. Au-delà du « quartier créatif » composé par le Centre d'Art, la Panacée et l'ESBAMA, le public est invité à suivre un parcours rassemblant les autres lieux de la ville dédiés à l'art contemporain, voire à l'art en général. Ainsi, des passerelles déjà amorcées, vont continuer de s'établir entre le Pavillon Populaire, le Carré Saint-Anne, l'Espace Dominique Bagouët ou encore le Musée Fabre. Dans cet ensemble, le Centre d'art jouera le rôle de hub, véritable point de connexion entre les lieux et d'aiguillage pour le visiteur.

Vanessa BRUNO, Philippe SAUREL, Philippe CHIAMBARETTA, Nicolas BOURRIAUD et Sonia KERANGUEVEN

Vanessa Bruno à la Présidence MoCo

Le MoCo c'est une structure inédite, capable de répondre aux enjeux de l'art. Ainsi, l'Hôtel Montcalm, la Panacée et l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier Méditerranée Métropole sont réunis au sein d'un EPCC unique et dont la Présidente est Vanessa Bruno. L'objectif recherché est celui de la complémentarité : maîtriser toute la filière professionnelle de l'art, depuis la formation des étudiants jusqu'à l'exposition des œuvres en passant par la production et la médiation de l'art contemporain.
Au delà de ses fonctions propres à la Présidence du conseil d'administration du MoCo, Vanessa Bruno en est l'ambassadrice au sein de la société civile.

Philippe Chiambaretta dirige la réhabilitation de l'Hôtel Moncalm

Le MOCO doit être un lieu de rencontres et de rendez-vous, un lieu où la jeunesse de Montpellier se retrouve, un lieu qui centralise toutes les informations sur les actions culturelles en cours, un lieu au cœur du dispositif
créatif de la ville, un point de ralliement spontané. À Montpellier, le MoCo ambitionne de devenir le QG de toute la population désirant se réunir autour de la création contemporaine.
L'Hôtel de Montcalm, autrefois hôtel particulier, devenu bâtiment militaire mais revenant à la vie civile doit se nourrir de son histoire et de sa géographie pour devenir ce quartier général de la création... Une extension de la
notion de QG renvoyant aussi à l'idée de combat, d'activisme, qui dans l'époque actuelle prend un sens particulier en termes d'action culturelle.
Pour devenir ce quartier général, le MoCo doit être un lieu de vie attractif et désirable, où l'on aime à venir déjeuner, dîner, prendre un verre ou un café. L'offre de restauration devra être créative, abordable, locale et généreuse.
La fonction d'information, d'échange et de transmission doit aussi être facilitée par la flexibilité dans l'aménagement des espaces. Il constituera un point de rassemblement pour les habitants de Montpellier et les visiteurs du musée grâce à des espaces variés :
• le jardin poétique, invitant au repos, à la relaxation et à la détente.
• 3 niveaux d'exposition
• un restaurant proposant une offre locavore, abordable et de qualité
• un café, avec une grande table autour de laquelle se rencontrer ou travailler et un comptoir de vente à emporter
• une boutique originale et modulable
Les espaces flexibles du MOCO permettront d'accueillir tous types d'événements, contribuant à l'animation du lieu.

Nicolas Bourriaud, Directeur de La Panacée - MoCo

Ouverte en juin 2013 dans l'ancien collège royal de médecine rénové par la Ville, la Panacée est d'abord un lieu de culture contemporaine où se rencontrent la production, l'expérimentation et l'exposition, essentiellement consacrées aux arts numériques. Depuis février 2016, Nicolas Bourriaud assure sa direction et celle du futur Centre d'art contemporain : une opportunité de dessiner un ensemble complémentaire, mais aussi de préfigurer la programmation du Centre d'art à la Panacée. La nouvelle programmation explore depuis le mois de janvier 2017 la diversité de la création artistique dans un monde globalisé, dessinant ainsi un musée des tendances et des sensibilités contemporaines.

En Chiffres

  • 22,5 MILLIONS D'€ ENGAGÉS POUR LE MoCo
  • 2300 M2 DE SURFACES UTILES EXPLOITABLES
  • 3150 M2 DE SURFACE TOTALE

Calendrier

  • Avril 2017 : Démarrage des études de l'Hôtel Montcalm
  • Juillet 2017 : Conseil d'Administration de mise en place du bureau de l'EPCC MoCo (
  • Mars 2018 : Démarrage des travaux de l'Hôtel Montcalm
  • Avril 2019 : Fin des travaux de l'Hôtel Montcalm
  • Mai/Juin 2019 : Montage de l'exposition d'ouverture de l'Hôtel Montcalm
  • Juin 2019 : Inauguration de l'Hôtel Montcalm et ouverture au public

Partager ce contenu