Histoire

50 ans après sa création, l'intercommunalité de Montpellier franchit un nouveau cap en adoptant le statut de Métropole au 1er janvier 2015. Montpellier Méditerranée Métropole a ainsi succédé à Montpellier Agglomération (née le 1er août 2001), sur les fondations autrefois érigées par le District de Montpellier… lui-même édifié sur tout un pan de l’Histoire qui compose notre territoire. C’est ce passé et ces traditions d’hospitalité, de savoir et de technicité qui perdurent, au-delà des siècles, et s’intègrent inévitablement dans nos futurs projets.

0
Aux origines

 

Lors des foulles préalables aux travaux de constuction de la ligne 2 du tramway, des découvertes ont attesté une occupation humaine il y a 11 500 ans sur les rives du Verdanson. Dès l'Antiquité, le territoire de l'agglomération de Montpellier est traversé par une voie de communication importante, la Via Domitia, qui reliait reliant l'Italie à la péninsule ibérique en traversant la Narbonnaise, province romaine. Cette route est toujours une artère de circulation importantce, qui traverse aujourd'hui le quartier Hôpitaux-Facultés à Montpellier.

De l'âge de fer à l'époque romaine., les communes de Castelnau-le-Lez (oppidum de Sextantio), Murviel-les-Montpellier (Castellas) ou encore Lattes (Lattara) ont répertoriées comme lieux d'activités humaines d'importance, où des fouilles archéologiques sont  menées.

La plaine du bas-Languedoc est un axe majeur de communications mais le site de Montpellier se situe à l'écart des routes importantes, retardant l'apparition de la ville de Montpellier qui, aui contraire de la plupart de ses voisines, est née au Moyen-Âge.

 

 

 

985

C’est le 26 novembre 985 qu’apparaît, pour la première fois, le nom de Montpellier. Le comte Bernard de Melgueil (Mauguio) octroie au chevalier Guilhem, en échange de son dévouement, l’ancien territoire situé entre l’antique Voie Domitienne, le Lez et La Mosson. Ses héritiers en feront un véritable bourg fortifié, doté d’un château et d’une chapelle.

----------

Allégorie de la fondation de Montpellier
Eau forte, extrait de Histoire de la ville de Montpellier, depuis son origine jusqu'à notre temps... de Charles d’Aigrefeuille, 1737, p. 52 (155(1)RES)
© MCA Montpellier

XIIème siècle

Positionnée entre l’Espagne et l’Italie, proche de la ViaDomitiaet du port romain de Lattes, Montpellier connaît rapidement un important développement économique et culturel. Au point de devenir une ville marchande1 renommée dès le XIIème siècle et un centre d'échanges entre le nord de l'Europe, l'Espagne et le bassin méditerranéen. Principal port d’entrée2 des épices3 en Royaume de France, Montpellier acquiert une connaissance toute particulière de ces denrées venant d'Orient, d'Extrême-Orient et même d'Afrique.

----------

1 Elle attire alors principalement des doreurs, orfèvres, drapiers et changeurs.
2 Via ses deux ports fluviaux : le Port Juvénal, situé au niveau de l’actuel Hôtel de Région, celui de Lattes, à l’emplacement de Port Ariane.
3 Montpellier était connue et reconnue pour son savoir-faire dans les préparations culinaires composées d’épices. Très tôt, elle s’est spécialisée dans la réalisation de produits à très haute valeur ajoutée. Parmi ceux-ci, un vin était particulièrement prisé : le Garhiofilatum, vin élevé avec des épices rares venant du bout du monde. Sa renommée était telle qu’il s'est exporté jusqu'en Angleterre, où le roi Henri III, notamment, le demandait pour ses réceptions royales.

----------

Bords du Lez
Lithographie de Jean Joseph Bonaventure Laurens d’après Prosper-Joseph Grésy (EstL0419)
© MCA Montpellier

 
1220

C’est au début du XIIème siècle et hors de tout cadre institutionnel qu’est né l’enseignement médical à Montpellier. Guilhem VIII, seigneur de Montpellier, accorde officiellement le droit de l’exercer et de l’enseigner en 1181. Soucieux d’organiser et de garantir sa qualité, le cardinal Conrad d'Urach, légat apostolique du pape Honorius III, confère ses premiers statuts à l’Ecole de Médecine de Montpellier1, qu’il fonde en 12202.

----------

1 La renommée de cette faculté de Médecine sera conséquente à la fin du XIIIème siècle, notamment grâce à la valeur des savants de toute confession accueillis par la Ville.
2 La faculté de Salerne ayant disparu au début du XIXème siècle, celle de Montpellier est désormais la plus ancienne en activité au monde.

----------

Cathédrale et école de médecine de Montpellier
Lithographie de Jean Joseph Bonaventure Laurens (EstL0423)
© MCA Montpellier

1289

Depuis Rome, le pape Nicolas IV adresse la constitution apolistique « Quia Sapientia », à tous les docteurs et étudiants de la ville de Montpellier, créant ainsi officiellement l'université de Montpellier1. Elle regroupe le Droit,la Médecine, les Lettres etla Théologie.

----------

1 C’est une consécration pour les centres d’enseignement et de savoir de la ville : désormais, les diplômes montpelliérains sont reconnus dans toute la Chrétienté.

 

1340

L’Ecole de Médecine jouit d’un grand prestige dû, notamment, à la réputation d’avoir hérité du savoir des peuples Arabes et Juifs. En 1340, elle créé un cours d’anatomie qui va encore amplifier cette renommée et attirer vers elles nombre d’étudiants1 venus de l’Europe toute entière.

----------

1 Parmi les célèbres savants diplômés de médecine à Montpellier, on peut citer : Nostradamus, François Rabelais, Paul Joseph Barthez, François Lapeyronie, Pierre-Joseph Amoreux, Pierre Borel, Pierre Magnol, Gui de Chauliac, Guillaume Rondelet, Jean Astruc, Théophraste Renaudot...

----------

François Rabelais
Dessin d’Ernest Michel (1833-1902) (Portrait046)
© MCA Montpellier

XIVème siècle

La période de prospérité de la ville s’achève au cours de la seconde moitié du XIVème siècle : la grande peste touche de plein fouet Montpellier – comme le reste de l’Europe -, décimant environ un tiers de sa population.

 

XVème siècle

Montpellier se redresse économiquement grâce à l’activité du port voisin de Lattes et au génie mercantile de Jacques Cœur1, grand argentier du roi Charles VII.

----------

1 Négociant d’importance, Jacques Cœur acquiert en peu de temps une fortune considérable. Il noue des relations commerciales avec les pays du Levant, l'Espagne, l'Italie, et établit des comptoirs à Montpellier, Tours, Lyon, et Rouen. Ses activités sont multiples (banque, change, mines, etc.) et ses bateaux sillonnent la Méditerranée chargés des étoffes d'Alexandrie, des tapis de Perse et des parfums d'Arabie ou des soieries de Florence.

----------

Escalier des trésoriers de France, Montpellier, 1784
Dessin d’Alphonse-Nicolas-Michel Mandevare, (EstL0435 (01)
© MCA Montpellier

XVIème siècle

La Réforme protestante attire et séduit nombre de nouveaux adhérents. Montpellier devient un bastion du protestantisme et de la résistance à la couronne catholique française.

----------

Monspessulanus, 1579
Gravure de Franz Hogenberg. Extrait de l'ouvrage Georg Braun (EstL0401)
© MCA Montpellier

1593

La Faculté de Médecine de Montpellier s’enrichit d'un Jardin des Plantes1. Destiné, à l’origine, à la culture des seules plantes médicinales - qui servaient à l’enseignement des futurs médecins et apothicaires - le jardin deviendra rapidement un véritable outil d’étude botanique ; inédit à l’époque.

----------

1 Aujourd’hui le plus ancien Jardin des Plantes de France, il est aussi l'un des plus beaux éléments du patrimoine paysager de Montpellier et a été classé « monument historique » en 1992.

----------

Le jardin des plantes de Montpellier en 1860. Orangerie et serres
Gravure d’après un dessin de Jean-Joseph Laurens, extrait de Notices illustrées sur les principaux monuments et établissements de Montpellier, p.62  (LE0015)
© MCA Montpellier

XVI - XVIIèmes siècles

L’Edit de Nantes de 1598 désigne Montpellier comme une place forte du culte protestant. S’ensuit une vingtaine d’années de calme, rompue lors d’une des dernières guerres de religion. En 1622, Louis XIII dirige le siège de la ville rebelle, qui capitule au terme d'un pilonnage intense de deux mois. L'autorité du roi est rétablie et est symbolisée par la construction d'une puissante citadelle1. Le retour de la domination catholique entraine la destruction des temples protestants et le bannissement des pasteurs. Depuis, la ville est restée majoritairement catholique, mais comme toutes les autres villes de la région elle regroupe de fortes minorités. Principalement protestantes et musulmanes.

----------

1 Il s’agit de l’actuel Lycée Joffre.

----------

Plan du siège de Montpellier en 1622
Gravure de Villaret (EstL0070)
© MCA Montpellier

XVII – XVIIIèmes siècles

Nombre de bâtiments et d’ouvrages qui font aujourd’hui la renommée de Montpellier sont construits : la Place de la Comédie, l’Arc de Triomphe et l’Esplanade du Peyrou sont réalisés par l’architecte Augustin-Charles d'Aviler. La Place Jean Jaurès est édifiée sur le site de l’ancienne église Notre-Dame des Tables, détruite au cours des guerres de religion, tandis que la promenade royale du Peyrou est construite sur ordre de Louis XIV et en son honneur, à l’extérieur des fortifications.

----------

Inauguration de la statue équestre de Louis XIV au Peyrou le 27 février 1718
Eau forte de Poilly d’après Caumette, extrait de Histoire de la ville de Montpellier, depuis son origine jusqu'à notre temps... de Charles d’Aigrefeuille, 1737, p. 465. (155(1)RES)
© MCA Montpellier

1765

Pour alimenter la ville et ses jardins, l’aqueduc, dénommé « Les Arceaux », achemine l’eau depuis Saint Clément de Rivière jusqu’au château d’eau qui domine l’Esplanade du Peyrou. Élaboré au milieu du XVIIIème siècle par les ingénieurs Clapier et Henri Pitot, l’aqueduc a été inauguré et mis en service le 7 décembre 1765.

----------

Vue de la place royale du Peyrou, 1825
Gravure de Jean-Pierre Nougaret (EstL0445)
© MCA Montpellier

1828

Imaginé par le marquis de Dax d'Axat, maire de Montpellier et premier président de la Sociétédes Beaux-Arts, et par le baron Fabre1, le Musée Fabre s’ouvre au public en 1828, dans l'hôtel de Massilian, hôtel particulier du XVIIIe siècle.

----------

1 A la suite d'une donation du peintre François-Xavier Fabre faite à la ville de Montpellier, le marquis de Dax d'Axat, maire, tint à faire entrer ce dernier au conseil municipal, alors qu'il était devenu baron la même année, par lettres patentes du roi Charles X, et Officier de la Légion d'honneur.
 
XIXème siècle

De grands travaux sont réalisés et de nombreux bâtiments édifiés : le Palais de Justice, la Préfecture, les églises Saint Anne et Saint Roch, la gare, le théâtre1. La Place de la Comédie est réaménagée et désormais bordée d’immeubles et de grands magasins haussmanniens.

----------

1 Après l’incendie de 1881, l’ancien théâtre fût reconstruit par Cassien Bernard, élève de Charles Garnier, dans un pur style « Second Empire ».

----------

Place de la Comédie en 1800
Eau-forte de Beaupré
© MCA Montpellier

9 juin 1907

La contestation vigneronne rassemble 600 000 à 800 000 personnes1. qui envahissent la Place de la Comédie. Les viticulteurs languedociens s’estiment de plus en plus menacés et mettent en cause l'importation des vins d’Algérie2 qui arrivent par le port de Sète et la chaptalisation3. Les petits viticulteurs sont ruinés, les ouvriers agricoles sont au chômage. La ruine des vignerons entraîne celle des commerçants et des autres corps de métiers : la misère règne sur tout le littoral et les vendanges de 1906 ne se vendent pas.

----------

1 Il s’agit de la plus grande manifestation de la Troisième République.

 2 Après avoir subi « la crise du phylloxéra » - insecte ravageant les vignes -, l’Etat français favorise les importations et l'afflux de vins d'Algérie qui servent au coupage des vins métropolitains médiocres. Cette pratique est lourde de conséquences et induit une surproduction qui est la véritable raison du marasme économique dans lequel s'englue la viticulture du Languedoc-Roussillon.
 3 Procédé qui consiste à ajouter du sucre au moût, pour augmenter suite à la fermentation alcoolique, le degré d'alcool final du vin.

----------

La révolte des vignerons
Illustration d’Emmanuel Bracet, extrait de L’Assiette au beurre, N°323, 8 juin 1907 (99555)
© MCA Montpellier
 
1962

Au cours de la première moitié du XXème siècle, la croissance démographique de Montpellier est discrète : + 0,47% par an1, en moyenne. Après la seconde guerre mondiale, l’arrivée d’IBM et la restructuration de ses universités dynamisent la ville, qui devient cinq fois plus importante. Toutefois, c’est entre 1962 et 1968 qu’un premier record est établi, avec une croissance démographique de 5,3% due, en grande partie, à l’arrivée des Pieds-Noirs2 d’Afrique du Nord et à l’immigration du Maghreb et de l’Espagne3.

----------

1 Montpellier n’est pas, alors, la ville la plus peuplée du Languedoc ; Nîmes la devance de quelques milliers d’habitants.
2 C’est à La Mosson, quartier de l’ouest de Montpellier, que la plupart des rapatriés d’Algérie se sont installés. Constitué de deux sous-quartiers (La Paillade et les Hauts de Massanne) et doté du label « ZUP » (Zone à Urbaniser en Priorité), La Mosson a rapidement été en capacité d’offrir l’hospitalité aux Pieds-Noirs, perpétuant ainsi une tradition de « terre d’accueil » propre à l’agglomération montpelliéraine.
3 La plus grande communauté espagnole de France se trouve dans l’une des communes de l’agglomération : Mauguio.

 

19 janvier 1965

Naissance du District de Montpellier, structure de coopération intercommunale. C’est suite à l’ordonnance du Général de Gaulle du 5 janvier 1959, préconisant d’instituer les Districts Urbains dans les grandes agglomérations françaises, que le Préfet de l’Hérault écrit au maire de Montpellier, François Delmas, et lui loue, dans un courrier daté du 6 octobre 1964, l’intérêt d’une telle structure.

Le District sera créé par un groupement de 12 communes voisines1. Sa première compétence consiste à coordonner les politiques d’urbanisation des communes membres, puis celles du développement économique. Le District accompagne, ainsi, la création de zones industrielles (La Lauze à Saint Jean de Védas, Garosud à Montpellier,La Biste à Vendargues), de parcs d'activités et de pépinières d'entreprises (Cap Alpha à Clapiers).Il assure également la gestion des services d’incendie et de secours.

----------

1 Castelnau le Lez, Clapiers, Le Crès, Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Montferrier sur Lez, Montpellier, Palavas les Flots, Saint Jean de Védas, Vendargues.

 

1965 – 1986

Les 12 membres fondateurs1 du District de Montpellier sont progressivement rejoints par d’autres municipalités2. En mars 1986, il se compose de 15 communes.

----------

1Castelnau le Lez, Clapiers, Le Crès, Grabels, Jacou, Juvignac, Lattes, Montferrier sur Lez, Montpellier, Palavas les Flots, Saint Jean de Védas, Vendargues.
2 Pérols en 1974, Baillargues en 1985, Prades le Lez en 1986.

 

1977

Le District de Montpellier apporte son soutien au Groupement pour l'Insertion des personnes Handicapées Physiques (GIHP), une structure créée en 1964, par des étudiants atteints de handicap, désirant prendre en main les problèmes liés à leur propre insertion professionnelle, sociale et culturelle. Le GIHP Languedoc-Roussillon sera crée en 1966 et les services proposés1 ne cesseront d’évoluer. Via le District, puis Montpellier Agglomération, qui poursuivra et amplifiera le travail initié.

----------

1 Il y aura d’abord la création du service de transport adapté (1966), celle d’un foyer d’accueil médicalisé (1973), un service auxiliaire de vie (1982), un service d’accompagnement des étudiants handicapés (1999), l’accueil de jour (2006), la mise en ligne d’un site internet de réservation accessible (2007), la « Ronde de nuit » et la mise en place d’une location de véhicule adapté (2007).

 

20 mars 1977

Georges Frêche, élu Maire de Montpellier, devient Président du District. Il succède à François Delmas (1965-1977) et occupera ces fonctions jusqu’en 2001, date où le District évoluera en Communauté d’Agglomération.

Décembre 1980

Création du Corps des Sapeurs-pompiers du District ; compétence qui, depuis, a été transférée au Département.

Juillet 1981

Le festival « Montpellier Danse » voit le jour, sous l’impulsion de Georges Frêche, maire de Montpellier, et de Dominique Bagouet, directeur du Centre chorégraphique national de Montpellier. Cette manifestation est une scène ouverte au développement et à la promotion de la danse contemporaine. Son succès, au cours des années 1990, avec une moyenne de 50 000 spectateurs payants, entraîne la création d’une seconde saison de festivité, en hiver, en sus de la période estivale. Depuis 2007, le festival dispose d'une salle de théâtre propre : le Chai du Terral, à Saint Jean de Védas.

Septembre 1981

Le District se dote de la compétence Transports en commun.

Octobre 1984

Création du Journal du District, « Puissance 13 », qui deviendra successivement « Puissance 14 », avec l’adhésion, l’année suivante, de la commune de Baillargues, puis « Puissance 15 », avec celle de Prades le Lez, en 1986.

6 février 1986

Inauguration du Zénith Sud, à Montpellier. Première salle de spectacle de type « Zénith » construite en province, elle peut accueillir 6 300 spectateurs sur 5 000 m2. Une centaine de concerts et de représentations y est donnée chaque année, pour une affluence moyenne de 220 000 spectateurs.

Septembre 1987

Inauguration de la pépinière d’entreprises Cap Alpha, à Clapiers. Sur 3 500 m2, elle héberge de jeunes entreprises innovantes1, spécialisées dans les technologies de la santé et de l’environnement.

----------

1 Pour répondre aux exigences qualitatives de ces créateurs innovants, mais également pour tendre vers l’exemplarité en matière d’environnement durable, Montpellier Agglomération a décidé de requalifier ce bâtiment.


18 mai 1988

Extension des compétences du District au Conservatoire National de Région.

16 novembre 1988

Le District acquiert une nouvelle compétence : la Réalisation et la gestion des équipements culturels et sportifs.

1989

Inauguration de la première tranche du Corum, qui compte alors les auditoriums Pasteur et Einstein, ainsi que 6 000 m² de surfaces d'exposition. Le Corum est le palais des Congrès de la ville de Montpellier. Le bâtiment, tout en longueur, est dessiné principalement par l’architecte Claude Vasconi. Il est caractérisé par sa couverture en plaques de granit rose de Finlande.

6 janvier 1989

Extension des compétences du District à l’Ecole des Beaux-Arts.

20 mars 1989

Le District se dote d’une nouvelle compétence : l’Assainissement.

1990

Inauguration de la deuxième tranche du Corum, qui comprend désormais l’Opéra Berlioz (2010 places). Destiné à accueillir congrès, conventions et spectacles, il deviendra également le siège permanent de l’Orchestre National de Montpellier.

1990

La ville de Montpellier et le District de Montpellier concourent à la création de l’Opéra Junior, fondé en 1990 par Vladimir Kojoukharov. Centre de formation et de création artistique unique en Europe, associé par convention au programme d'activités de l'opéra national de Montpellier, Opera Junior poursuit, par sa démarche et les publics visés (des jeunes âgés de 6 à 25 ans), un triple objectif : artistique, pédagogique et social.

12 juin 1990

La ville de Montpellier et le District de Montpellier apportent leur soutien au premier dépistage de masse du cancer du sein, organisé par unités itinérantes : les mammobiles. L’objectif du professeur Jean-Louis Lamarque, à l’origine du projet, est d’alerter, mobiliser et encourager toutes les femmes de 40 à 70 ans à pratiquer une mammographie de dépistage, afin de prévenir la maladie et, le cas échéant, d’augmenter les chances de guérison.

17 janvier 1991

Extension des compétences du District au Traitement et stockage des ordures ménagères.

1 janvier 1992

Déménagement du District dans de nouveaux locaux, à Antigone ; les mêmes que ceux utilisés aujourd’hui par la Communauté d’Agglomération de Montpellier.

4 septembre 1994

Ouverture du centre de tri Déméter, à Montpellier. Il est le premier à atteindre un tel niveau de technicité en France. En 2010, 21 416 tonnes y ont été acheminées1, triées par matériau, afin d’être ensuite valorisées dans des filières spécifiques.

----------

1 Ces résultats, en croissance constante, prouvent que le tri des emballages ménagers (papiers, cartons, plastiques, boîtes de conserve…) est progressivement devenu une habitude pour les ménages de Montpellier Agglomération.


15 juin 1996

Inauguration de la Piscine Olympique d’Antigone, à Montpellier. Dessinée par l'architecte espagnol Ricardo Bofill, sur une structure d'acier et des façades de verre, elle est constituée de 2 bassins aux caractéristiques spécifiques. « Vénus », long de 50 mètres, large de 25 et profond de 3, est dédié à la natation sportive et aux compétitions1 , l’autre aux loisirs. La « POA » est aujourd’hui le fleuron des 12 piscines de Montpellier Agglomération.

----------

1 Les championnats de France de natation s’y sont déroulés en 1996 comme en 2009, année où Frédérick Bousquet (50 m) et Alain Bernard (100 m) y battent les records du monde de leur spécialité respective.


6 décembre 1996

Extension des compétences du District aux Services funéraires.

1er juillet 2000

Inauguration de la première ligne de tramway. Imaginées par l’équipe de designers Garouste et Bonneti, les « hirondelles », ornant les rames, annonçaient le renouveau en matière de transport. Longue de 15,8 km, et reliant les Hauts de la Mosson à Odysseum, son parcours est aujourd’hui jalonné de 30 stations. Elle dessert les quartiers Mosson, Hôpitaux-Facultés, Boutonnet, mais également le centre-ville - notamment la place de la Comédie - et le Millénaire. Elle transporte quotidiennement près de 130 000 voyageurs1 et parcourt 1,7 million de kilomètres chaque année.

----------

1 Son record d'affluence est réalisé le vendredi 6 octobre 2006, où 131 655 titres de transport sont validés.


20 octobre 2000

Inauguration de la médiathèque Emile Zola, à Montpellier. Constitué de 14 établissements1 (12 médiathèques et 2 bibliothèques) proposant plus d’1 million de documents2 et 287 postes informatiques, le réseau des médiathèques de Montpellier Agglomération a enregistré 982 793 entrées en 2010.

----------

1 8 à Montpellier, 1 à Castelnau le Lez, 1 à Castries, 1 à Clapiers, 1 à Lavérune, 1 à Pignan, 1 à Villeneuve les Maguelone.
2 Livres, journaux, magazines, CD, CD-roms, DVD et logiciels.


16 décembre 2000
Inauguration de la patinoire Végapolis, dans le quartier Odysseum de Montpellier. Elle comprend 2 types de pistes : une olympique, de1 800 m² de glace (60 ×30 m), bordée de rangées de gradins déclinables en deux versions (1 200 et 2 400 places selon l'importance des évènements), et une piste ludique de1 300 m² de glace, composée de dénivelés, d'un tunnel lumineux et d'espaces à thèmes.
La patinoire accueille le « Montpellier Agglomération patinage » (patinage artistique) et le « Montpellier Agglomération Hockey Club » (hockey sur glace).
1er août 2001

Naissance de la Communauté d’Agglomération de Montpellier, sur les fondations du District, suite à la loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale1, dite « loi Chevènement ».

----------

1Cette loi n° 99-586 du 12 juillet 1999 a permis de clarifier le paysage intercommunal en réduisant le nombre de niveaux de coopération. Elle a consacré le rôle des établissements public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre à travers trois niveaux :
- les communautés de communes (CC), pour lesquelles la population ne peut être supérieure à 50 000 habitants ;
- les communautés d'agglomération (CA), constituées par un minimum de 50 000 habitants ;
- les communautés urbaines (CU), pour lesquelles le seuil minimal de population est relevé à 500 000 habitants.


1er janvier 2002

Le périmètre de l’ancien District évolue considérablement, puisque le territoire de la Communauté d’Agglomération de Montpellier passe désormais de 15 à 38 communes1.

----------

1 Baillargues, Beaulieu, Castelnau le Lez, Castries, Clapiers, Cournonsec, Cournonterral, Le Crès, Fabrègues, Grabels, Jacou, Juvignac, La Grande Motte, Lattes, Lavérune, Mauguio, Montaud, Montferrier sur Lez, Montpellier, Murviel lès Montpellier, Palavas les Flots, Pérols, Pignan, Prades le Lez, Restinclières, Saint Aunès, Saint Brès, Saint Clément de Rivière, Saint Drézéry, Saint Gély du Fesc, Saint Geniès des Mourgues, Saint Georges d'Orques, Saint Jean de Védas, Saussan, Sussargues, Teyran, Vendargues, Villeneuve lès Maguelone.


26 janvier 2002

Inauguration du Planétarium Galilée, dans le quartier Odysseum de Montpellier. Lieu dédié à la vulgarisation de l’astronomie, le planétarium propose de nombreuses activités ludiques et scientifiques1 pour tous les publics : scolaire, familial ou touristique.

----------

1 La diffusion de spectacles, dans une salle de 156 places aux sièges légèrement inclinés, surmontée d’un écran en forme de demi-sphère, donne la sensation de plonger au cœur même de l’image.


27 mai 2002

Georges Frêche, Maire de Montpellier, est élu Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier lors du premier Conseil de Communauté d'Agglomération se déroulant avec l’ensemble des représentants des 38 communes.

1er janvier 2004

L’arrêté préfectoral du 30 octobre 2003, avec effet au 1er janvier 2004, autorise le retrait de 6 communes1 de la Communauté d’Agglomération.

----------

1 La Grande Motte, Mauguio, Saint Aunès, Saint Clément de Rivière, Saint Gély du Fesc et Teyran.


2004

Première signature d’accords économiques entre Shangai1 et Montpellier Agglomération et inauguration de la pépinière d’entreprises Cap Omega - spécialisée dans les technologies de l'information - à Montpellier.

----------

1 Depuis les années 1960, Georges Frêche, alors étudiant à HEC, est en contact avec la Chine. Il devient rapidement un ami et un partenaire de la civilisation chinoise. En 1982, décision est prise de jumeler Montpellier à Chengdu. Ce sera le premier jumelage d’une ville européenne avec une ville chinoise.


3 décembre 2004

Première édition de la « Fête des Vignes ». Durant trois jours, Montpellier Agglomération invite les néophytes, les amateurs éclairés comme les œnologues confirmés, à découvrir le fruit du travail des producteurs1 de son territoire, pour célébrer l’un des fleurons de notre patrimoine : le vin. Pour 2 € seulement, le visiteur se voit remettre un bon de 3 dégustations (à utiliser au gré de ses envies, sur les stands des viticulteurs présents sur la Place de la Comédie les vendredi et samedi), un billet de tombola et un coupon lui donnant droit (le dimanche, dans les domaines participant à l’opération) à une bouteille de vin offerte pour l’achat d’un carton de six. Les recettes engendrées sont ensuite intégralement reversées à une association caritative2.

----------

1 En 2011, les animations, les ateliers de dégustation et les conférences organisées sous le chapiteau central, dressé sur la Comédie, ont réuni 120 000 personnes.
2 17 700 € ont été remis à l’association Sidaction en 2011.


1er janvier 2005

L’arrêté préfectoral du 30 décembre 2004, autorise la commune de Palavas les Flots à quitter la Communauté d’Agglomération. Celle-ci compte désormais 31 communes en son sein.

Juillet 2005

Le conseil de la Communauté d'Agglomération exprime sa volonté de fusionner avec la Communauté d'Agglomération du Bassin de Thau et la Communauté de Communes du Nord du Bassin de Thau. Le but étant de constituer une Communauté Urbaine, en atteignant le seuil légal des 500 000 habitants. Finalement, ce projet n’aboutira pas1.

----------

1 Le 21 septembre 2005, ce projet de fusion a été refusé par Michel Thénault, préfet de l'Hérault et une partie des communes. Parmi celles-ci, le conseil municipal (majorité UMP) de Balaruc les Bains a exprimé son opposition à cette union, lui préférant une fusion simple des deux Communautés d'Agglomération du Bassin de Thau.


16 août 2005

Première édition du festival « L’Agglo fait son cinéma ». Gratuite, cette manifestation fait la part belle au 7ème art, puisque 10 films récents, de qualité et accessible à tous, sont projetés sur le territoire de Montpellier Agglomération, en plein air, à « la belle étoile » et dans des lieux souvent insolites : arènes, cours de châteaux, anciennes carrières... Itinérant, ce festival visite désormais (depuis 2010) l’intégralité des communes de notre collectivité, afin de porter la culture au plus près des habitants.

17 février 2006

Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) est adopté à l’unanimité. Il définit les orientations générales d’aménagement du territoire1 dela Communauté d’Agglomération de Montpellier à l’horizon 2020. Ce document de référence fixe un cap à suivre.

----------

1 Un développement urbain maîtrisé, conciliant les atouts d’une importante croissance démographique avec une exigence forte : préserver le capital foncier et environnemental de l’agglomération montpelliéraine.


23 septembre 2006
Inauguration de la station d’épuration Maera, à Lattes. Cet équipement de Montpellier Agglomération permet de rejeter des eaux épurées à 95%, à 11 kilomètres des côtes. Une performance1 nettement supérieure au taux d’épuration d’une station classique, habituellement compris en 80 et 85%.
Les process innovants mis en œuvre dans cet équipement de pointe lui ont permis d’obtenir une triple certification en 2008 : ISO 9001, ISO 14001 et ILO-OSH 2001, ce qui, alors, constituait une première mondiale.

----------

1 Au vu des excellents rendements de Maera, l’Agence de l’Eau a versé, en 2010, une prime de 3,24 M€ à Montpellier Agglomération.


16 décembre 2006

Inauguration de la deuxième ligne de tramway. Longue de 19,8 km et jalonnée de 28 stations, la ligne n°2 est la première à sortir de la ville de Montpellier, qu’elle relie à Saint-Jean de Védas, Jacou, Castelnau-le-Lez et Le Crès. Les fleurs, qui ornent l’extérieur des rames, ont été dessinées par Mattia Bonetti. Depuis 2010, sa fréquentation s’élève à 60 000 passagers par jour.

2007

Elu « meilleur incubateur mondial » par la NBIA (National Business Incubation Association, basée aux USA), le BIC (Business Innovation Center) de Montpellier Agglomération reçoit également le label « Soft Landings – International Incubator », reconnaissant ainsi les compétences1 d’incubateurs en matière d’accompagnement d’entreprises internationales.

----------

1 Plus de 470 entreprises ont été accompagnées dans le cadre du BIC, 4 500 emplois ont été créés, et le taux de survie, à 3 ans, de ces entreprises, est supérieur à 80% (contre 65,5% au niveau national).


3 février 2007

Inauguration du musée Fabre rénové. Afin de restructurer profondément ses espaces et de créer une extension1, le musée a été fermé entre 2003 et 2007. C’est le seul musée du Grand Sud a avoir bénéficié d’une rénovation de cette ampleur.

----------

1 Les travaux ont porté la surface accessible au public à 9 200 m2, soit près du double de la surface initiale. Près de 800 œuvres peuvent désormais être exposées simultanément, contre 500 avant rénovation.


23 juin 2007

Inauguration du stade Yves-du-Manoir, à Montpellier. Destiné à la pratique du rugby à XV, il est le premier stade1 construit depuis la professionnalisation de la discipline, en 1995. Il peut accueillir 14 700 personnes, dont 12 734 en places assises.

----------

1 Le complexe s’étend sur 13 hectares. Le stade Yves-du-Manoir en occupe la majeure partie, mais un deuxième stade et deux terrains annexes sont dédiés à l’entraînement des équipes premières, aux compétitions régionales et aux écoles de rugby.


15 décembre 2007

Inauguration de l’aquarium Mare Nostrum, dans le quartier Odysseum de Montpellier. Près de 400 espèces, venues de tous les océans du monde, y sont recensées. 350 000 visiteurs les découvrent chaque année. Le 12 avril 2011, une extension1 de 1 800 m2, dont 800 m2 accessibles au public, a été inaugurée.

----------

1 A la pointe de l’innovation, cette extension permet d’accueillir des expositions modulables, thématiques et interactives.


11 avril 2008

Georges Frêche, Président de la Région Languedoc-Roussillon, est réélu1 Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier.

----------

1 Un véritable plébiscite, puisque 88 voix sur 90 lui sont favorables.


1er juillet 2008
Inauguration de la plus importante unité de méthanisation1de France : Amétyst. Elle a été conçue pour recevoir deux types de déchets (biodéchets et ordures ménagères résiduelles) sur des lignes de traitement distinctes. Jusqu’à 300 tonnes de déchets y sont alors traités chaque jour et l’objectif, à terme, est d’assumer, de manière totalement autonome, les 350 tonnes d’ordures ménagères produites quotidiennement sur le territoire de l’Agglomération.
Le 13 septembre 2010, un incendie s’est déclaré dans l’atelier de déshydratation des digestats (matières issues des digesteurs). Bien que rapidement maîtrisé, la procédure d’expertise judiciaire qui a suivi, combinée à la reconstruction du bâtiment comme des équipements sinistrés, ont logiquement eu un impact et ralenti le développement initialement prévu pour Amétyst. 2012 marque le retour à un fonctionnement normal de l’unité de méthanisation et Montpellier Agglomération engage deux nouvelles pistes de réflexion2 afin de développer et valoriser le site.

----------

1La méthanisation est un procédé biologique de dégradation de la matière organique des déchets par une flore microbienne. Processus naturel, cette digestion des déchets par fermentation anaérobie est conduite dans des enceintes fermées appelées digesteurs. A l'intérieur des digesteurs, les réactions de fermentation sont optimisées et contrôlées. Ainsi, la méthanisation est un procédé fiable, respectueux de l'environnement, sans risque ni incidence sur la santé.
2 La production de Combustible Solide de Récupération (CSR) et l’extension de la filière biodéchets.


1er janvier 2010

La Communautéd’Agglomération de Montpellier se dote d’une nouvelle compétence : l’eau potable. Elle vient compléter celles déjà exercées1, traduisant ainsi la volonté de mettre en œuvre une politique globale et cohérente de l’eau à l’échelle de son territoire.

----------

1 Assainissement des eaux usées, lutte contre les inondations, développement des réseaux d’eau brute.

6 février 2010
Réouverture de l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran, initialement construit en 1874-1875 pour le comte Charles Despous de Paul, membre de la haute-société montpelliéraine. Il a ensuite été légué par ses descendants, les Sabatier d'Espeyran, à la ville de Montpellier, en 1967. Désormais nouveau département des arts décoratifs du musée Fabre, cet hôtel particulier a été intégralement restauré et intégré dans l’univers architectural du musée. Il permet de découvrir le cadre de vie1des familles bourgeoises et aristocratiques des XVIIIe et XIXe siècles.

----------

1 Dans les décors entièrement rénovés de ses salons, l'hôtel dévoile une collection de mobilier remarquable, ainsi qu'un fonds de céramiques et de pièces d'orfèvrerie. Parmi elles, certaines ont été acquises par Montpellier Agglomération, lors de la vente de la collection Thuile, en 2007. La faïence, elle, provient de grands centres de production français, telles les fabriques de Moustiers, Marseille, la manufacture Hannong, à Strasbourg, mais aussi de l’étranger : Delft (Hollande), Alcora (Espagne) et Savone (Italie). L'ensemble de la collection est installé dans ces intérieurs fidèlement reconstitués.


3 septembre 2010
Inauguration de la Park&Suites Arena. Salle multifonctions de nouvelle génération1, elle peut aussi bien se décliner en salle de spectacles, palais omnisports que hall d’expositions et de congrès. Ses capacités d’accueil2 varient selon la configuration retenue.

----------

1 La dernière de ce type construite en France est le Palais omnisports de Paris-Bercy, en 1984.
2 14 800 spectateurs pour les spectacles, 9 000 supporters en configuration « sport » et 13 500 m2 de surface brute pour les expositions.


24 octobre 2010

De retour d’une mission économique de trois semaines en Bulgarie, Crimée, Russie et Chine, Georges Frêche décède, dans son bureau de l’Hôtel de Région.

2 décembre 2010

Jean-Pierre Moure est élu Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier par 86 voix sur 90, suite à la brutale disparition de Georges Frêche, survenue le 24 octobre 2010.

21 juin 2011

Inauguration du MIBI (Montpellier International Business Incubator), véritable plateforme à l’international. Il s’agit d’un outil et d’un concept unique en France, un espace innovant dédié à l’accueil d’entreprises étrangères et du territoire, toutes tournées vers l’export.

6 avril 2012
Les lignes 3 et 4 du tramway sont officiellement - et simultanément - mises en service. 27 kilomètres de voies supplémentaires s’ajoutent désormais aux 29 des lignes 1 et 2. Le réseau de tramway de Montpellier Agglomération prend une autre dimension et maille tout le territoire1.
Après avoir confié le design des lignes 1 et 2 à Garouste et Bonetti, Montpellier Agglomération a chargé Christian Lacroix de réaliser celui des nouvelles lignes. Elles ont en commun la thématique des éléments : l’eau - avec les poissons - pour la ligne 3 et le feu - avec le soleil - pour la ligne 4. La ligne 3 dessert les communes de Montpellier, Juvignac, Lattes et Pérols, tandis que la ligne 4 contourne le centre-ville de Montpellier et met en relation directe les quartiers situés entre la place Albert Ier et la place Saint-Denis : Saint-Charles, Boutonnet, les Beaux-Arts, les Aubes, Antigone, Consuls de Mer, Aiguerelles, Saint-Martin et Nouveau Saint-Roch.
----------
1 4 lignes de tramway, 56 kilomètres de rails, 83 stations et 8 communes desservies ; derrière les chiffres, c’est le quotidien de 360 000 voyageurs qui se verra fortement facilitée, tant pour se rendre au travail (45% des déplacements se feront en tram) que pour des raisons personnelles (50%).


24 juillet 2012

Montpellier Agglomération inaugure l’Espace pédagogique multimédia "Memoria Mundi. L’histoire à travers les grands hommes”, dédié à la place du XXème siècle du quartier Odysseum de Montpellier.
Cet espace permet d’accompagner les visiteurs à travers l‘Histoire, grâce à l’utilisation d’une borne multimédia tactile et de panneaux d’exposition permettant de contextualiser les grands événements et personnages historiques ayant marqué le siècle dernier.
À cette occasion, la place du XXème siècle a été finalisée avec l’installation des cinq dernières statues réalisées par François Cacheux. Ainsi, Mohandas Karamchand Gandhi, Golda Meir, Gamal Abdel Nasser, Nelson Mandela et Mao Zedong ont rejoint les statues de Charles de Gaulle, Jean Jaurès, Winston Churchill, Franklin Dlano Roosevelt et Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine, installées en août 2010.

15 avril 2014

Philippe Saurel, Maire de Montpellier, est élu Président de la Communauté d'Agglomération de Montpellier lors du Conseil de Communauté d'Agglomération, avec 85 voix sur 92 délégués représentant les 31 communes du territoire.

2015
Plan de réduction des déchets
Montpellier Agglomération est d’ores et déjà engagée dans un processus de réduction de 7% de la production de déchets sur son territoire par rapport aux statistiques 2010.
 
2017
Gare TGV et son quartier
Au cœur de l’EcoCité, la nouvelle gare TGV a vocation à structurer à la fois un nouveau pôle d’échange multimodal et une nouvelle polarité urbaine de dimension métropolitaine.
Réalisée concomitamment avec le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier et avec le déplacement de l’A9 - dont les mises en service sont prévues fin 2017 - la nouvelle gare TGV doit prendre place au sein d’un quartier d’affaires1 de niveau européen, totalement intégré à la ville.
 
Le 18 septembre 2012, Montpellier Agglomération a retenu le projet de l'équipe de Kees Christiaanse, urbaniste (agence KCAP - Pays-Bas) pour le développement du grand projet OZ Montpellier Nature Urbaine.

----------

1 En chiffres, ce quartier mixte s’étendra sur 350 hectares, ses capacités de construction sont évaluées à plus d’1 million de m2 de plancher (SHON) : 300 000 m2 de bureaux et 3 000 à 4 000 logements.

2020-2030
EcoCité
Montpellier Agglomération, les communes de Castelnau le Lez, Lattes, Montpellier et Pérols, ont obtenu le label « EcoCité » pour leur projet urbain « De Montpellier à la mer ». Ce projet de société, emblématique du nouvel urbanisme durable, novateur et ambitieux, répond aux attentes des citoyens1, comme aux nouvelles obligations liées aux économies d’énergie. Il a été conçu pour dynamiser l’économie du territoire comme pour rayonner au-delà. Il devrait voir le jour à l’horizon 2020-2030.

----------

1 Sur 2 500 hectares, le territoire de l’EcoCité intègrera des projets majeurs développés sur les quatre communes :
- le Pôle Régional de Gérontologie, sur le secteur Euréka Sablassou de Castelnau-le-Lez,
- la poursuite du développement de Port Marianne, à Montpellier,
- l’initialisation du futur quartier Gare TGV Odysseum, sur Montpellier et Lattes,
- le vaste projet de renouvellement urbain « Route de La mer », à Lattes comme à Pérols.